Les amis de Jehan

18 juin, 2013

Véronique Garnodier change de taille avec Charlott’lingerie

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 14:18

Une affaire de femmes! Trois années de suite que l’affaire aux 3500 vendeuses est élue PME la plus rentable de France.
« 28,5% de rentabilité, ça fait rêver! »; lance la PDG de l’entreprise de 33 millions d’euros de CA qui a encore progressé de 3% l’an dernier.
Elle vient d’y accueillir un nouvel actionnaire, le financier Naxicap, qui a rejoint le partenaire Rothschild, elle-même conservant 55% du capital. Une nouvelle donne qui s’inscrit dans l’offensive internationale qu’elle a décidé de conduire dans une vingtaine de pays en Europe, dont les pays de l’Est, où elle vient d’installer une plate-forme informatique à Moscou. Dans ce cadre, la Lyonnaise « monte à la capitale » et créé la nouvelle entité Charlott’Paris, pour « la french touch », qu’elle a domiciliée sur les Champs-Elysées.
En 2013, plus de 200 000 hôtesses ouvrent leurs portes et leur réseau d’amies à ses vendeuses à travers 400 réunions de vente organisées chaque jour. Objectif de cette audacieuse qui en 2010 fit un tour de France à vélo pour recruter des « conseillères »: en avoir six mille d’ici 2 ans. Avec son échappée hors des frontières (et un compagnon ingénieur en logistique), Véronique Garnodier, deux fois mère et deux fois grand-mère à 53 ans, vise un CA de 100 millions fin 2014. Et celle qui a décroché un master en finances il y a 2 ans n’écarte pas à terme une introduction en Bourse. Pour la notoriété. Mais « pas pour l’instant », assure cette femme de tempérament.
Le Figaro du samedi 16 juin 2013

28 mai, 2013

Yann Bramoulle « Les réseaux sont au coeur des activités humaines »

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 11:58

Si l’on considère que l’appartenance à un réseau est un moyen pour un individu d’acquérir de l’information pour améliorer sa propre situation et que l’acquisition de cette information a un coût, il est possible, en modélisant la position de chaque individu dans un réseau, ainsi que la forme de ce réseau, de prédire le gain que les individus, mais aussi la société dans son ensemble, peuvent en tirer.
Dans un « graphe complet »- c’est-à-dire un réseau, où tout le monde est relié à tout le monde- il y a peu d’innovations, car chacun compte sur les autres pour apporter de l’information, et ne fait pas l’effort de le faire soi-même. Dans un réseau en cercle-où chacun n’est relié qu’à son voisin- ,on observe qu’il y a plus d’innovateurs: 1 sur 3 ou 1 sur 2. Dans un réseau en étoile-une personne reliée à tous quand les autres ne sont reliés qu’à lui-, le plus efficace serait que celui qui est au centre innove pour tous. Or c’est l’inverse: il attend que ceux qui sont à la périphérie innovent-ce qu’ils sont incités à faire par leur absence de connexion avec tous les autres. Autrement dit, c’est quand il y a des trous dans un réseau que les innovations y sont les plus nombreuses, parce que cela rend l’initiative nécessaire.
Le Monde du 28 mai 2013

13 mai, 2013

Princesse Tam Tam parie sur les start-up internes.

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 18:55

Lingerie. La marque incite ses salariés à piloter des projets sur des matières ou des collections.
Changer la façon de travailler, favoriser l’innovation, gommer les hiérarchies. C’est le credo de Pierre-Arnaud Grenade, DG de Princesse Tam Tam. Très concrètement, il a créé au sein de la société huit « microstart-up » animées par des salariés, qui ont envie de travailler sur un projet ou un sujet: les matières du futur par exemple (la soie qui ne se repasse pas) ou la naissance d’une nouvelle collection.
Ces méthodes de travail sont directement inspirées de celles mises en place chez Google. L’application à la lettre du « donnez de la liberté aux salariés, ils vous éblouiront. » « C’est un peu comme un business angel en interne. A chaque fois, nous donnons des objectifs de CA et il faut faire attention aux coûts » dit le DG. Le temps consacré à ces microstart-up ne doit toutefois pas excéder 20% du temps de travail explique-t-il.
A ses yeux, la « génération Y » des 25-30 ans doit faire partie de l’aventure, puisque ce sont ces femmes qui sont directement visées pour devenir les clientes de demain.
L’ambition du DG De Princesse Tam Tam est d’atteindre 1 milliard d’euros de CA d’ici 2020. Autant dire que la marque de lingerie doit devenir au moins 5 fois plus importante pour atteindre l’objectif fixé par M Grenade d’ici 2020. Ce dernier affiche une tranquillité désarmante: « Il suffit de raisonner en se disant que 2013 c’est 2020 moins 7. C’est un effet dopant. Il reste 7 ans pour atteindre cet objectif, et donc le déroulé se fera facilement en étant mieux intégré ».
Le Monde du 11 Mai 2013

24 avril, 2013

Triumph ferme des usines et réduit ses effectifs.

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 16:35

Le groupe réduit sa voilure en Europe mais investit Outre-Atlantique.
Le géant mondial helvético-germanique de la lingerie va devoir réduire ses effectifs de 10%, soit plus de 3000 emplois.
« Triumph est confronté à de faibles prévisions de CA et à un marché difficile. Ce climat économique entraîne un recul durable des commandes et des perspectives de ventes, en particulier chez les clients détaillants de Triumph » avance la direction ».
Le groupe délocalise (produits estampillés Triumph et Valisère). mais compte transformer sa filiale autrichienne en un centre de compétence et de développement international pour sa marque Sloggi.
Les sites d’Aspang et d’Oberpullendorf vont disparaître.
Les autres suppressions d’emplois concernent une usine chinoise à Haikou, où travaillent quelque 2700 personnes.
Tandis que l’usine hongroise gagnera en importance dans la fabrication de produits Triumph, Heubach et ses 800 salariés se concentreront sur la création et les procédés de développement de la griffe. Le groupe, qui voit ses ventes reculer depuis plusieurs années (elles ont fléchi de 19% entre 2007 et 2011, pour tomber à 1,6 milliard d’€) a sérieusement réduit ses effectifs.
Après avoir racheté la chaîne suisse de lingerie et de maillots de bain Beldona en 2010, puis la chaîne chilienne de dessous féminins Coty’s l’année suivante, elle a pris le contrôle de Journelle aux Etats-Unis et de Vicky Form au Mexique.
Journal du Textile du 23 Avril 2013.

15 avril, 2013

Le suisse Calida a fait de la résistance en 2012

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 15:39

Le groupe de lingerie a réussi à maintenir son activité, grâce essentiellement aux bonnes performances de sa marque Aubade.
Le groupe Calida a réalisé l’année dernière un CA consolidé de 164,4 millions d’€. A taux de change constants, le CA 2012 est donc identique à celui de 2011. C’est grâce au dynamisme de sa marque Aubade, qui a réalisé des ventes en hausse de 8,2%, à 53,6 millions d’€, que le groupe a pu maintenir son activité.
Au registre des projets, le groupe entend désormais axer le développement d’Aubade sur les marchés internationaux, comme la Chine et le Moyen-Orient, où il prévoit d’ouvrir des boutiques à l’enseigne.
Journal du Textile du 26 mars 2013

30 mars, 2013

Le groupe Van de Velde a fait de la résistance en 2012.

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 18:26

Le groupe de lingerie belge Van de Velde ( Marie-Jo, Andres Sarda, Prima Donna) a vu son chiffre d’affaires en très légère progression, de 1,1%, à 181,8 millions d’€. La chaîne britannique Rigby and Pelle de boutiques de lingerie haut de gamme, rachetée par le groupe a bénéficié d’un exercice complet. L’enseigne a ouvert de nouveaux magasins en Allemagne et en Espagne, où elle a vu son volume d’affaires progresser de 7% à périmètre constant.
Cependant l’ enseigne américaine du groupe belge, Intimacy (qui référence des marques comme Chantelle ou Pérèle aux côtés de ses marques propres) a vu son CA s’inscrire en retrait de 5,3%.
Andres Sarda a suvi un recul d’activité en Espagne. Du fait de ces difficultés, le groupe belge a vu son résultat d’exploitation reculer de 9,2% à 48,8 millions d’€. Le bénéfice net recule de 18,4%.
Van de Velde a décidé de continuer à investir et veut transformer son siège en centre d’affaires haut de gamme d’ici 2015.
Le groupe vise la stabilité par rapport à 2012.
Extraits du Journal du Textile de Mars 2013

21 mars, 2013

Revival of Russian Wild Orchid Lingerie Retail Chain

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 19:36

4.13. Revival of Russian WILD ORCHID Lingerie Retail Chain
February 27, 2013; INTIMODA MAGAZINE by INTIMA GROUP
At the end of 2012, all the property of bankrupt Wild Orchid Group was put up for auction, including its offices and stores. It was purchased by the Russian subsidiary of Kohuhu Enterprises Limited, a legal entity established and operating under the laws of the Republic of Cyprus controlled by Dmitriy Kostygin. He plans to build a new Russian holding company called “Technology of Roses” which will import, produce and retail women’s intimate apparel. Therefore, from the end of 2012, Technology of Roses retail has acquired the trademarks Wild Orchid, Bustier, Defile from the legal entities of the same name which are still undergoing bankruptcy filings. At the end of January, Technology of Roses signed a number of lease agreements for the various chains, including: twelve retail spaces that will operate under the Wild Orchid brands; 24 store locations that will trade under the Bustier name and 19 Defile Stores. It was decided to close the IV Legion retail chain, specializing on a multi-brand men’s underwear concept. Wild Orchid will sell premium European underwear, homewear and swimwear. Brands include John Galliano, Blumarine, Roberto Cavalli, Millesia, GA Paladini, Ermanno Scervino, Versace, Cotton Club, Ritratti and Valery together with the private label brands Decolte; Beatrice and Savoya. Medium-to-high-end European intimate apparel is being sold at Bustier, with brands such as Esprit, Guess, Just Cavalli, Emporio Armani, Verdissima together with own brands Adriatico, Croisette, Lavinia, Lolita, Mosticite, Stampatta and Vendetta.

4 mars, 2013

Lemon Curve imagine la vente de lingerie 2.O

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 19:20

Agathe Molinar a eu la bonne idée au bon moment. Son site web de lingerie connait une croissance fulgurante. Pionnière dans ce secteur, elle bâtit le succès de son entreprise sur deux piliers: un choix large et un service client pointu.
Agathe Molinar fut la première à s’étonner que personne en France n’ait eu l’idée d’un e-shop de lingerie avant elle: « J’ai réalisé qu’il n’existait que des sites de lingerie très sexy ou des sites de marques écoulant leur stock. Ce constat m’a interpellée. Aux Etats-Unis, le 1er site de vente de vêtements en ligne, c’est Victoria’s Secret! ». Le créneau était donc à saisir.
En 2012, la start-up s’est concentrée sur l’offre: « Il nous fallait une offre hyperlarge, qui corresponde aux besoins de toutes les femmes ».
Convaincre les marques a été l’un des gros enjeux du lancement de Lemon Curve. N’ayant ni expérience ni contact dans le secteur de la lingerie, Agathe Molinar craignait de n’être pas crédible. « Lors du Salon international de la lingerie, les marques ont plus de 25 sollicitations par jour. Il fallait sortir du lot pour séduire Simone Pérèle, Aubade…Nous avons dû prouver que nous serions un vecteur de chiffre d’affaires pour elles, mais aussi un vecteur de communication efficace ». Un obstacle qui n’en fut finalement pas un puisque, dès le lancement du site, 25 marques avaient embarqué pour l’aventure. Elles sont aujourd’hui 60.
extraits de l’Entreprise de Mars 2013.

1 février, 2013

Tous en Russie

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 12:35

Dans la période actuelle, marquée en France comme en Europe par la baisse de la consommation et l’intensification de la guerre des prix, mieux vaut pour les entreprises avoir un solide relais de croissance à l’export, ce qui n’est pas encore forcément le cas dans le secteur de la lingerie.
La Russie a été pendant des décennies un marché totalement fermé, avec deux groupes qui se partageaient la totalité du marché premium.
Aujourd’hui, la Russie représente, de nouveau, pour les marques européennes, le marché export par excellence. Voyons pourquoi:
Les principales raisons de se rendre en Russie:
-Un marché en croissance (+10%)
La taille du marché global du sous-vêtement en Russie est estimée à plus de 4 milliards d’euros.
-Un vrai goût pour la lingerie.
En Russie les femmes sont vraiment friandes de dessous, éléments essentiels de séduction. C’est pour elles surtout un achat plaisir, ce qui se traduit par une consommation dynamique ainsi que par une demande croissante de produits de qualité.
-Les mêmes tailles
Non seulement les femmes russes ont des goûts très proches des nôtres-les best-sellers de Intimissimi en Russie sont exactement les mêmes qu’en Italie-mais elles ont aussi les mêmes tailles! Les femmes russes ont la même morphologie que les européennes, avec une nette préférence pour les modèles push up, séduction oblige!
-L’essor des professionnels
L’année 2012 a vu l’inauguration de la section Body & Beach (110 marques exposantes) au sein du célèbre salon de PAP germano-russe CPM.
Intima Extraits

24 janvier, 2013

CPM Moscow

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 16:21

International Fashion Trade Show: 26.2 -1.3 2013
Expocentre Fairgrounds Moscow
www.CPM-Moscow.com

19th Edition of CPM best Show ever.
September 10, 2012; Igedo
As independant observers of the 19th consecutive edition of Collection Première Moscow (CPM) report, this event, held from September 5-8, 2012, registered record breaking results in all majors areas of activities. Compared to the September edition of 2011, exhibition space booked increased at 12 percent and covered 23 400 square meters, net. The number of booths installed rose by 31 percent to 930 units, in which exhibitors from 36 nations displayed more than 1500 collections for the retail season of Spring/Summer 2013.
As the organizers of CPM, IGEDO Company and Messe Düsseldorf, further attested the numerous country pavilions registered striking increases.Compared to September 2011, the German pavilion, attracted 165 exhibitors, up by 25 percent, exhibiting on a net space of 6619 square meters, a 28 percent higher coverage. The 2d largest exhibitor contingent in terms of booked space, Italy, co-organized by EnteModaItalia (EMI) increased the number of exhibitors to 215 companies (+13,7%) on a rented space of 2344 square meters (+27,5%). Other national pavilions from France, Spain and Finland registered higher exhibitor participation together with signifiant expansion of floor space.
Visitor attendance increased at a rate of 10,6 percent adding up to a total of 19 250 capita, registered electronically only once upon their 1st entry to the fair. The share of visitors from the city of Moscow and Moscow Region increased to 57,5 percent, against 49 percent in September 2011. The balance of visitors originated all Russian Regions (31,6%) and CIS-countries (10,9%) with Ukraine and Kazakhstan in the lead. In a special survey conducted amog German exhibitors by AUMA, the German Trade Fair Association, 60 percent of repondents confirmed that order results were in between « good » and « very good ». 32 percent reported « satisfactory » order results. 61 percent stated that they found more new customers than anticipated.
Successful Launch of CPM Body & Beach
October 2012; Intimoda News, Milan
« Branded Lingerie finally has its own Showcase in Moscow » is headline of a special letter, praising the launch of CPM Body & Beach, the new but separately placed segment of Collection Première Moscow (CPM). Edited by Intima Group, Milan, the newsletter reports comprehensively about the take-off CPM Body & Beach, the signifiance of participating brands, events around the new venture, its perfectly well styled exhibition settings and the positive response received by greater majority of exhibitors and their Russian sales mediation partners.
« My impression of CPM Body & Beach is absolutely positive. The need for creating a show case of upper-medium-to-premium positioned lingerie and swimwear has been a key objective for us over a larger period of the past » commented Natalia Medved, owner of KONTATTO, acting as sales agency for eight premium Italian lingerie and swimwear brands and as wholesale distributor for further eight upper-to-medium priced commercial lingerie and underwear labels. « The main challenge we face in Russia is to handle the huge dimension of the Russian market and to develop our contacts to visit all customer opportunities arising every day in the regions and we feel sure that CPM BODY & BEACH will serve our brands as the best possible meaning for us » Medved continued. « We are absolutely pleased with our participation in the first edition of CPM BODY & BEACH which-unepectedly -brought us in contact with many new interesting customers. We also appreciate theextremely professional organization and the numerous brilliant events in and around this show » stated Giulio D’Erne, General Manager, OOO TRIUMPH INTERNATIONAL, Moscow.
Encoraged by the the success of the launch of CPM BODY & BEACH, INTIMA Group, in co-operation with ENTE MODA ITALIA (EMI), Florence and SMIATI, the Italian national Apparel and Textile Association, Milan, organized a special seminar on the Russian Lingerie Market, on October 12, 2012 in Milan, which was attended by 80 export-oriented executives of the Italian Intimate Apparel and Hosiery Industry.

12

mileyandbeauty |
le blog de lolostar |
Marine votre conseillère St... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SOWAY
| louanelaura
| un moment pour soi coiffure...