Les amis de Jehan

10 janvier, 2015

Groggy

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 19:31

Nous sortons groggy de cette semaine tragique, qui s’est terminée par l’exécution de 4 otages dans l’hyper cacher à quelques heures du Shabbat.

Je tire mon chapeau au président Hollande qui a été tellement brocardé ces derniers mois. Il s’est montré à la hauteur, courageux et déterminé.

La classe politique en général n’a pas su faire taire sa cacophonie, toutefois quelques hommes ont su se montrer à la hauteur de la situation: Mélanchon, Sarkozy, Valls.

Les administrations, les services de l’Etat ont été remarquables. Les services publics sont une nécessité absolue pour notre pays. Bravo aux forces de sécurité qu’il ne faut pas déforcer mais au contraire renforcer. Bravo au Général Favier dont la démission avait été réclamée par Ruth Elkrief sur l’antenne de BFM. Bravo aux autorités religieuses toutes confondues de notre pays. Tristesse et compassion pour les victimes. Une pensée spéciale pour Clarissa. Elle avait 26 ans, elle était policière municipale. Elle a été lâchement assassinée à Montrouge.

 

7 janvier, 2015

Paris mercredi 7 janvier 2015

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 18:37

11h30

Il y aura un avant et un après 7 janvier 2015. Aujourd’hui, nous avions le lancement de « Soumission » le livre de Houellebecq, les vœux du président de la République (marathon qui dure tout le mois de janvier), les silences calculés de Nicolas Sarkozy (Le Figaro), la préparation du départ du « Charles De Gaulle » vers le golfe, le rush sur les soldes.

A 12h30, un attentat meurtrier touchait Charlie Hebdo. Parmi les victimes: Bernard Maris, Cabu, Wolinski, Ti gnous. « Nous avons tué Charlie Hebdo, nous avons vengé Mahomet » disent ils.

Chacun mesure la gravité de ce qui vient de se passer aujourd’hui. On ne peut tirer de conclusions prématurées.

Les meurtriers ne sont pas encore neutralisés.

Le petit monde politique s’anime, parle d’union nationale. Les ripostes sont parfois dérisoires.

Face à cette situation, à des terroristes professionnels, la société ne doit pas perdre son sang-froid et se préparer à une lutte dure, longue et pleines de rebondissements et d’enseignements lourds de conséquences.

 

.

 

30 juin, 2014

Chic parisien 1897

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 17:26

Connaître les dessous des événements parisiens.

Avoir un Académicien dans ses relations amicales et s’intéresser aux élections.

Mépriser la politique et aimer le théâtre.

Mépriser les journalistes, mais  rester bien avec eux pour leur demander de petits services.

N’aller déjeuner et dîner que dans les restaurants connus.

Avoir un tout petit chien très cher ou un grand danois.

Porter des vêtements (les hommes) qui, tout en étant neufs et soignés, aient l’air d’avoir été portés.

On n’a pas d’âge à Paris.

Il faut avoir une opinion sur tout.

Ne jamais être exact à un rendez-vous, l’autre sera toujours en retard.

Toujours savoir ce qui se porte (les dames).

Ne jamais refuser complètement ce qu’on vous demande: laisser toujours de l’espoir.

Savoir tous les potins mais ne donner d’importance à aucun.

Eviter le solennel et prendre la vie à la blague.

Donner des « dîners courts »; soigner surtout les desserts et les accessoires.

Ne parlez de vos affaires qu’aux personnes qui peuvent vous être utiles; pas d’expansions sentimentales.

Soigner les détails, donner de l’importance à un clou dans une installation, à un bouton dans une toilette.

Savoir parler de Nietzsche, Ibsen, Darwin, Schopenhauer et aller à la messe.

Connaître des poètes symbolistes.

Se plaindre d’avoir trop d’obligations mondaines.

Dîner beaucoup en ville.

Un charme  de la Parisienne est de savoir rire. Il faut donner l’idée à la personne qui vous parle qu’elle est très amusante, et à celles qui vous voient, sans vous entendre, l’envie de causer avec vous.

Il faut oublier certaines choses qu’on connaît bien et avoir l’air de savoir  les choses qu’on ne comprend pas.

Ne jamais dire le vrai mot pour des choses un peu méprisables. Un menteur n’est qu’un « blagueur » ; une femme qui trompe son mari « s’amuse » ; une escroquerie est une « indélicatesse ».

Il faut s’intéresser à tout. Il est surtout habile de se préparer une petite spécialité: cela facilite les conversations, créé des rapports  et peut procurer une réputation d’esprit.

Bibeloter, connaître bien les styles, savoir dénicher des curiosités artistiques.

Il faut avoir l’air de connaître tout le monde.

Acheter les fleurs pour son salon, les arranger soi-même.

Aimer la campagne.

Aimer les bêtes. Surtout les chiens.

Aller chasser les « grouse » en Ecosse.

Avoir une devise.

Aller entendre les conférenciers connus.

Avoir une fleur à soi.

Une femme du monde ne se plaint pas de rhumatismes, elle n’a que des névralgies

26 mars, 2014

Choses vues

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 17:42

 

1Xijunping l’empereur de Chine à Lyon, capitale des Gaules.

Le maire, Gérard Collomb donne un grand dîner à l’Hôtel de Ville au milieu de 150 industriels. La coopération  sino-française, un énorme potentiel à exploiter.

L’institut Franco-chinois de Lyon a été fréquenté par de futurs dirigeants: Zhou Enlai, Deng Xiaoping, Chen Yi…

2 Le cavalier seul de Vladimir Poutine. Après la débâcle des années 90, Vladimir Poutine redessine les frontières de la Russie, pays immense et complexe. L’histoire est toujours en marche, elle ne s’est pas arrêtée à la chute du mur de Berlin.

3 Les cafouillages de la France: il est très difficile d’avoir les idées claires sur les programmes des partis. Les alternatives économiques sont inexistantes. Le déni de réforme de notre modèle social ne cesse d’être inquiétant. Il devient urgent de modifier nos institutions. Notre régime de monarchie républicaine est suranné. Il faut réinventer notre démocratie.

4 L’errance du Boeing 777 de la Malaysia Air Line. Les recherches depuis 10 jours nous ont tenu en haleine quoique l’issue ne faisait aucun doute.

6 janvier, 2014

Comment se présente ce début 2014?

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 18:40

Tandis que les stations de sport d’hiver ont fait le plein et que d’importantes turbulences météo ont sévi sur la Bretagne, une étrange torpeur couvre notre pays, après une année 2013 assez calamiteuse.

3 types de perspectives peuvent être dressées:

1- les perspectives économiques.

2- les perspectives géopolitiques

3-les perspectives sociétales.

 

1- Les perspectives économiques

Il est difficile d’y voir clair dans un fatras d’informations peu claires. L’économie mondiale est globalement sur un rythme de croissance de l’ordre de 3%. La Chine, bien qu’avec un taux de croissance en décélération de 10 à 7%, est le moteur de l’expansion mondiale. La Russie est en baisse, l’Inde aux prises avec des difficultés monétaires, le Brésil en chute. Les USA avec un taux de croissance inattendu de 3 voire 4% créent la surprise. Au niveau mondial, les taux de croissance sont disparates selon les pays. C’est le cas de l’Afrique et de l’Amérique du Sud mais la tendance est positive. La situation de l’Europe est plutôt stagnante hormis la situation de l’Allemagne, de la Grande Bretagne et de quelques autres pays de l’Europe du Nord qui ont une  petite croissance. Globalement la question posée est de savoir comment réduire l’endettement tout en stimulant la croissance. Ou comment stimuler la croissance et réduire l’endettement. Actuellement, pour la France la croissance est nulle ou quasi nulle et l’endettement s’accroit. Nous sommes de plus en plus tributaires du taux d’intérêt de nos emprunts qui pour l’instant est très bas.

Comment stimuler la croissance? C’est actuellement le problème des Européens et particulièrement de la France.

Comment faire converger la France et l’Allemagne au niveau économique?

Comment mettre l’Euro au service de la croissance?

Au niveau français, comment faire les réformes de structures et réduire les dépenses alors que le socle électoral de la majorité actuelle (fonctionnaires d’Etat, territoriaux -rattachés) seront les premiers concernés.

Comment concilier démocratie et fonctionnement de l’Europe?

2-Les perspectives géopolitiques.

a) Le proche et le Moyen-Orient. On assiste à une dégradation accélérée de la situation. On ne parle plus de printemps arabe, on pourrait connaître un « hiver arabe » avec un conflit chiites-sunnites violent à travers le Liban, la Syrie, l’Irak, soutenu d’un côté par l’Iran, de l’autre par l’Arabie Saoudite. L’Egypte et la Turquie, en proie à des difficultés internes croissantes, ne semblent pas en mesure de peser sur les événements.

b) L’Afrique. Une gigantesque « zone grise » englobant les zones du Sahel, de la Mauritanie à la Somalie. La guerre de Libye  a entrainé une cascade de déstabilisations.  Les pays africains apparaissent fragiles. L’intervention de la France ne peut être que limitée. Elle doit s’appuyer sur un trinôme militaire/diplomatique/économique. La partie militaire n’est qu’une face des problèmes, la partie économique n’est pas assez prise en compte.

c) L’Asie n’est pas exempte de tensions. La Chine fait peur à tous ses voisins qui comptent sur les Etats-Unis.  Un conflit Chine/USA est impensable. Mais des stratégies de tensions de part et d’autres peuvent être mises en œuvre et quelques conflits mineurs ne sont pas exclus.

Au niveau géopolitique, le facteur environnemental doit également être pris en compte et les phénomènes migratoires risquent d’exploser conjuguant désordre de l’environnement et déstabilisations étatiques.

3- Les perspectives sociétales

Je prendrai 3 exemples

a) la politique démographique chinoise prenant en compte les conséquences négatives de l’enfant unique et permettant maintenant une possibilité de 2ème enfant.

b) Les manifestations en France contre le mariage pour tous qui ont entraîné des centaines de milliers de personnes pour un problème qui aurait pu être réglé normalement. Les politiques ne doivent pas s’emparer des problèmes sociétaux et s’en servir comme substitut au non-règlement des problèmes économiques et sociaux. Les problèmes sociétaux doivent trouver leur propre logique de réflexion.

c) Le pape François, l’homme de l’année pour Newsweek, le succès du livre de Mathieu Ricard « Plaidoyer pour l’altruisme ». Il y a place pour un nouveau discours avec nos contemporains.

Paix, tendresse, Altruisme, Ecologie environnementale, économique, sociale, éthique.

Halte aux manipulations, aux politiques dogmatiques. Les hommes politiques hélas sont complètement dévalués, impuissants.

Entre le monde global et le monde numérique, il y a tout simplement l’homme- vous, moi, nous.

Jehan Quettier

18 novembre, 2013

Réflexions- libres propos

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 13:07

Nous avons vécu une semaine hallucinante. Nous étions en période prérévolutionnaire. La France était raciste, la province se mutinait, le gouvernement se désagrégeait et j’en passe. Une observatrice étrangère sur une chaîne d’information  nous recommandait de nous interroger sur nos politiques, nos intellectuels et nos médias. Elle parlait d’une certaine faillite française de ces 3 corporations.

En ce qui concerne les politiques, qu’il me soit permis de donner un certain nombre de suggestions: 1) une limite d’âge impérative de 70 ans. 2) interdiction de cumul des mandats 3) limitation à 2 élections dans le même mandat 4) démission systématique des haut-fonctionnaires de la fonction publique en cas d’élections, 5) limitation du nombre des députés à 400/450, introduction d’une partie de proportionnelle pour les partis qui ont eu plus de 5% des voix. 6) Révision de la Constitution, réduire le mandat de l’assemblée à 4 ans ou l’augmenter à 6 ans. Ne plus faire coïncider le mandat du président de la République et celui de l’Assemblée. Elire un binôme- Président de la République/Premier ministre de façon à éviter d’avoir un seul homme avec des pouvoirs exorbitants. Renforcer le pouvoir du premier ministre.

En ce qui concerne les Intellectuels. Il est temps que l’on se renouvelle. On cherche désespérément des intellectuels. On a fait le tour du trio Minc/Bernard-Henri-Lévy/Attali. BHL, après s’être autocélébré dans son dernier film ainsi que le président précédent nous convainc de moins en moins sur sa campagne de Libye. On a évité d’être engagés en Syrie, mais espérons que pour l’Iran, on y échappera. On ne parle plus des affaires de plagiat d’Alain Minc. Et Attali concilie assez bien la prophétie apocalyptique et le mondialisme tempéré..

En ce qui concerne les médias, à côté de journalistes, on distingue une nuée d’expert et de commentateurs plus ou moins bidon- la formule fait long feu. Elle était censée donner de la profondeur aux sujets. je mets à part Yves Calvi, Michel Field et Hérvouet (qui commence à se faire un nom).

Tout cela manque de sérieux, de hiérarchie entre les sujets de différenciation entre les chaînes, de profondeur d’analyses. Traitez à part les faits divers et cessez d’en rajouter sur les difficultés du pays. Non notre pays n’est pas au bord du chaos.

9 octobre, 2013

Réponse à l’interrogation de mon ami Daniel

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 12:52

Le gouvernement actuel est-il inapte?
Ma réponse est nuancée car je considère que la situation en l’état actuel est « indémerdable » quel que soit le gouvernement.
Je vais développer quelques points.
1- le libre-échangisme
Le textile-habillement a été aux avant-postes de cette politique et j’ai pu observer de très près ce qui s’est passé.
Sous le faux prétexte que le secteur textile était un secteur basique, nous avons été les premiers à être « libérés » voire bradés dans tous les accords tarifaires et douaniers, de façon officielle et officieuse. Certes des politiques de quotas ont essayé de freiner cette libération. Mais ces quotas ont été détournés puis supprimés.
Le libre-échange n’a exigé aucune contrepartie sociale, voire même tout simplement humaine (les événements récents de Dacca au Bangladesh l’ont démontré).
Le libre-échangisme sans réglementations, sans contrepartie s’est étendu à tous les secteurs. Il est devenu l’idéologie de l’Europe, poussé par la Grande-Bretagne qui s’était réservé le poste de commissaire à la concurrence.
2- Le libre échangisme exacerbé sans régulations, s’il a profité à l’Allemagne momentanément, a entraîné pour la France une déroute d’une grande partie de son industrie.En perdant les usines, nous perdons maintenant les services de recherches et de création. La recherche et le développement qui se délocalisent.
3- La chute de notre industrie a entraîné un chômage durable, une destruction d’emplois continue, une impossibilité de remonter la pente. Les relocalisations ne peuvent être que marginales.
Afin d’éviter des problèmes sociaux dramatiques, voire subversifs, il a fallu organiser le traitement social du chômage qui a été en grande partie financé par l’endettement (endettement de tous nos systèmes sociaux-paiement des prestations, restriction des ressources).
La désindustrialisation a entraîné un déficit durable et croissant de la balance du commerce extérieur. Le déficit de l’Etat n’a pu être résorbé, la fonction publique nationale ou locale, en tout cas le cumul des deux s’est plutôt accru, et ont un poids tel qu’il est difficile de les réformer sans risques sociaux importants.
Sous prétexte que certaines demandes du personnel ne sont pas satisfaites, l’immigration s’est développée quelle que soit la couleur du gouvernement.
4- Le libéralisme a eu d’autres effets collatéraux: la déculturation. L’Europe a été vidée de sa substance. Le patriotisme est devenu une notion surannée.
Alors que le nombre de diplômés s’est accru et que le niveau a monté, pour paraphraser Shakespeare on n’a jamais été autant pris pour des idiots avec un monde médiatique médiocre, servile, narcissique, complice d’un monde politique marqué par l’impuissance, la « peopolisation » pour les imbéciles, des querelles médiocres, des débats stériles alimentés par des commentateurs bidons.
« Je suis à la tête d’un Etat en faillite » a dit un premier ministre ayant retrouvé sa vérité après avoir bu un peu trop de vin sous le soleil de Corse.
Parfois s’échappent quelques vérités et le battage médiatique s’emploie à les relativiser et la machine à nous rendre idiots continue, voire s’emballe.
Donc, vois-tu mon ami Daniel, je ne ferai pas de jugement sur l’actuel gouvernement d’autant que j’ai été irrité, déçu par les précédents gouvernements. Je pense qu’il faut aussi regarder ce qui se passe ailleurs. J’ai admiré ce qui s’est passé en Grande-Bretagne sur la Syrie qui a obligé Cameron à modifier sa politique et l’a empêché de rentrer dans une aventure comme la Lybie et Cameron a obtempéré. J’ai admiré Letta en Italie qui a manœuvré habilement et n’a pas perdu son sang froid face à Berlusconi et bien entendu Merkel.
Je complèterai ultérieurement ma réponse en essayant de poser quelques jalons qui ne pourront se mettre en place sans un certain consensus collectif et sans sectarisme, ni excès.

4 octobre, 2013

Lampedusa Octobre 2013

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 17:39

Nous avons envie de crier. En Hébreu, le nom prophète se traduit en navi ou nabi. Ce mot vient de l’akkadien nabu, le cri.
Cette année c’est le 2ème événement qui me donne envie de crier. L’effondrement de l’immeuble de Dacca avec plus de 1200 ouvrières du textile mortes et maintenant le naufrage de Lampedusa -350-400 morts.
Mon cri n’entraine pas de jugement immédiat trop facile de jouer sur notre mauvaise conscience d’Occidentaux. Mon cri s’associe à celui de François, le nouveau père des chrétiens -journée nationale de deuil.
Mon cri s’associe à tous les hommes de bonne volonté quelle que soit leur couleur, leur religion.

26 septembre, 2013

Pensées en vrac.

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 12:03

Pour nous Français et autres vieux peuples européens- Italie, Espagne, Grande-Bretagne, Pologne- il est très difficile d’anticiper la trajectoire de notre destin. Le regard sur le passé des deux millénaires écoulés nous montre l’extrême richesse de l’héritage romain: le Droit, l’Art militaire, la vision, les infrastructures, l’architecture, l’intelligence de la gouvernance.
L’héritage de la chrétienté est saisissant: cathédrales, mais aussi les innombrables églises, chapelles, calvaires, l’ardeur de cette cohorte de saints qui jalonnent les siècles, le mystère de Jeanne d’Arc, mais également ces saints du XVIIème, XVIIIème, XIXème, les Vincent de Paul, François-Xavier, Thérèse de Lisieux et les saints contemporains: Kolbe, Wojtila, Térésa de Calcutta.
L’héritage révolutionnaire pour nous Français est toujours présent. Révolution avant tout de la classe moyenne, des petits possédants. Dans mon village ce sont trois marchands de vin qui ont mis le feu aux poudres en refusant de payer l’impôt au seigneur local, c’est un collectif de gardes nationaux qui intime au curé de jurer fidélité à la Constitution.
Cette Révolution débouche sur l’Empire, Empire éphémère qui nous laisse le souvenir de Napoléon et de la Grande Armée.
Le XIXème fut véritablement le début du progrès technique qui connu son apogée dans les orages d’acier de 14-18, suicide des nations européennes.
Le XXème avec son cortège d’horreurs- la Shoah, le Goulag, le Cambodge- Staline, Hitler, Mao, Pol Pot- s’acheva dans l’effondrement des Twin Towers.
Le regard sur le présent nous impose une certaine modestie. Certes les progrès technologiques, leur impact sur notre quotidien, sur la durée de notre vie, sur l’information à notre disposition et les moyens de communication ont changé notre vie mais pas notre nature.
Nous vivons sur une ambiguïté: un individualisme de plus en plus forcené au niveau des personnes et une nécessité et une urgence de gouvernance mondiale avec des sous -ensembles organisés (continents) et le respect des particularités des nations.
Nous refusons de voir les réalités en face: la démographie, l’économie, l’essence des peuples et le socle géopolitique.
Ainsi, la démographie européenne est en berne tandis que les démographes parlent pour l’Afrique d’une bombe migratoire à horizon quasi- immédiat.
L’économie au niveau européen, la France et les nations européennes du Sud ont toujours fonctionné sur le mode: dévaluation pour équilibrer les échanges, inflation pour résoudre les problèmes d’endettement.
Le socle géopolitique: Pour qui connait le Moyen-Orient, chacun sait que les Printemps arabes sont cycliques et éruptifs.
Nous ne pouvons conclure…Nous savons que les civilisations sont mortelles, que les empires sont éphémères, que nous vivons dans un monde « fini ». Nous en connaissons les limites, les possibilités, les richesses et celles -ci ne sont pas extensibles. Nous savons aussi que les élites sont fragiles, avides de pouvoir, de richesses, manipulatrices. Mais nous savons aussi que des citoyens courageux, lucides et entreprenants sont le socle de la démocratie et inexpugnables.

11 septembre, 2013

11 septembre 2013

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 14:45

11 septembre 2001, 11 septembre 2013. 12 ans, cela nous parait très long et très court à la fois. L’événement vécu en direct aves ses développement inattendus nous avait sidérés. La puissance américaine était ébranlée…Un personnage mystérieux, diabolisé apparaissait: Ben Laden.
12 ans après, même si la pression médiatique se relâche momentanément après une succession d’épisodes avec développements plus ou moins tragiques: l’Irak, l’Afghanistan, la Lybie, l’Egypte et j’en passe, nous sommes face à des événements tragiques en Syrie, dont l’imbroglio n’est pas prés de se dénouer.
La Syrie est un Etat dont les frontières ont été dessinées à l’issue du Traité de Versailles de 1919 alors que l’Empire ottoman était en pleine déliquescence et que les tensions entre la France et la Grande- Bretagne étaient fortes. Bien que les deux pays soient officiellement alliés, la Grande Bretagne était la puissance impériale du Proche Orient.
La France exerça un mandat international sur le Liban et la Syrie entre 1920 et 1942. Au départ la région de Mossoul, riche en pétrole devait être rattachée à la Syrie. Mais les Anglais ont tout fait pour la garder et l’ont rattachée à l’Irak.
En 1942, la France donna le triste spectacle d’une guerre civile entre Français, Vichyste et Gaullistes sur le sol Syrien.
Les Anglais conclurent un accord avec les troupes Vichystes vaincues, qui purent rejoindre, libres, la France Métropolitaine.
La Syrie, dès le début, a été constituée d’une mosaïque de peuples avec des religions diverses comme le Liban. C’est un pays complexe et fragile. Durant son mandat, la France eût constamment à réprimer des mouvements de révolte.
Il était bon de rappeler en ce jour anniversaire du 11 septembre 2001que rien n’a été réglé, que le contexte dans lequel nous sommes est terriblement explosif et redoutable de conséquences et que les puissances occidentales ont un historique lourd sur cette région et qu’après la cascade d’échecs de ces 12 dernières années, on peut comprendre les hésitations des uns ou des autres.

12345

mileyandbeauty |
le blog de lolostar |
Marine votre conseillère St... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SOWAY
| louanelaura
| un moment pour soi coiffure...