Les amis de Jehan

28 avril, 2013

Les 30 ans de mon cerisier

Classé dans : EDITO — jehan92 @ 18:06

L’hiver a été très dur. Mon cerisier était décharné, squelettique, subissant les avanies du temps. J’ai attendu longtemps les premiers bourgeons. Je ne les ai pas trouvés très prometteurs. Et puis subitement, durant ce week-end c’est l’explosion des fleurs innombrables et fournies d’un blanc immaculé.
J’ai planté mon cerisier, il y a exactement 30 ans avec cette foi en l’avenir que l’on éprouve à chaque fois que l’on plante un arbre.
J’ai reçu de Corée et du Japon des photos de cerisiers en fleur comme gage de bonheur.
Le cerisier nous appelle à goûter l’instant présent, certainement ce que nous avons de plus précieux. Alors, goûtons cet instant car demain, mon beau cerisier, tu seras jugé sur d’autres critères que ta beauté et l’instant de plaisir que tu m’as donné.

24 avril, 2013

Triumph ferme des usines et réduit ses effectifs.

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 16:35

Le groupe réduit sa voilure en Europe mais investit Outre-Atlantique.
Le géant mondial helvético-germanique de la lingerie va devoir réduire ses effectifs de 10%, soit plus de 3000 emplois.
« Triumph est confronté à de faibles prévisions de CA et à un marché difficile. Ce climat économique entraîne un recul durable des commandes et des perspectives de ventes, en particulier chez les clients détaillants de Triumph » avance la direction ».
Le groupe délocalise (produits estampillés Triumph et Valisère). mais compte transformer sa filiale autrichienne en un centre de compétence et de développement international pour sa marque Sloggi.
Les sites d’Aspang et d’Oberpullendorf vont disparaître.
Les autres suppressions d’emplois concernent une usine chinoise à Haikou, où travaillent quelque 2700 personnes.
Tandis que l’usine hongroise gagnera en importance dans la fabrication de produits Triumph, Heubach et ses 800 salariés se concentreront sur la création et les procédés de développement de la griffe. Le groupe, qui voit ses ventes reculer depuis plusieurs années (elles ont fléchi de 19% entre 2007 et 2011, pour tomber à 1,6 milliard d’€) a sérieusement réduit ses effectifs.
Après avoir racheté la chaîne suisse de lingerie et de maillots de bain Beldona en 2010, puis la chaîne chilienne de dessous féminins Coty’s l’année suivante, elle a pris le contrôle de Journelle aux Etats-Unis et de Vicky Form au Mexique.
Journal du Textile du 23 Avril 2013.

23 avril, 2013

Comment pressurer ses fournisseurs en 37 leçons

Classé dans : ECONOMIE — jehan92 @ 15:18

Dernière trouvaille des grandes entreprises: le « racket » au crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi.
Le racket au CICE est la 37ème « mauvaise pratique » identifiée par la médiation depuis sa création en 2010. Les plus fréquentes restent le non-respect des délais de paiement et la rupture brutale de contrat. Depuis 2 ou 3 mois, la pression mise sur les acheteurs est remontée. Compte tenu de la conjoncture, les directions générales leur demandent de réduire encore les coûts. en même temps, il y a une peur croissante que des fournisseurs en difficulté disparaissent ou cessent de livrer. Le rapport de force entre les entreprises n’a jamais été aussi dur qu’aujourd’hui.Depuis la mi-2012 et la nouvelle vague de la crise, les délais sont repartis à la hausse. Seules 31,5% des entreprises françaises règlent actuellement leurs factures dans les temps. si les délais légaux de paiement étaient respectés, quelque 13 milliards d’euros viendraient gonfler la trésorerie des PME.
Extraits du Monde du 23 avril 2013

La relation client en quête de nouveaux profils

Classé dans : Revue de presse — jehan92 @ 14:45

Sollicités par un nombre croissant de canaux de communication et de vente, les clients font l’objet d’attentions de plus en plus pointues de la part des entreprises et des marques, dans un but de conquête et de fidélisation.
La gestion de la relation client reste au coeur de la stratégie des entreprises et des marques, notamment avec le développement des stratégies dites  » de cross-canal » (médias sociaux, live chats…).
Depuis bientôt 4 ans, Do You Dream Up a fait le pari de la relation clientèle digitale. Selon l’un de ses fondateurs, Cyril Texier, « inutile de dédier des opérateurs pour certaines opérations de relation client basiques. Des assistants ou guides virtuels peuvent parfaitement répondre à leurs questions et conforter les téléopérateurs sur des tâches à plus forte valeur ajoutée ».
« Si l’assistant virtuel ne comprend pas les questions posées par les clients, il lui est possible de basculer vers des solutions de live chat. Nous avons en fait créé un autre canal de relation client ».
Les outils de la relation client:
38%: Part des entreprises utilisant les médias sociaux.
28%: Part des entreprises utilisant les SMS
21%: Part des entreprises utilisant le Web
Extraits du « Figaro » du 22 Avril 2013

18 avril, 2013

Mieux que le cachemire…le yak

Classé dans : INDUSTRIES DE LA MODE — jehan92 @ 16:58

Depuis 10 ans, NORHA dorlote les frileuses avec le yak.
Le yak est devenu une star sur le fbg St Honoré. Et celui qui l’acquiert redore son karma, car il offre du travail aux éleveurs nomades errant dans le plateau tibétain, océan de montagnes et d’alpages vaste comme 3 fois le Sahara à 3000 m d’altitude par parfois- 30°. La force du Yak est de cacher sous sa toison un « Damart » en duvet-le khullu-, rare et complexe à extraire, mais si chaud qu’on le réservait jadis aux empereurs de Chine.
Kimberley Sciaky-Yeshi a monté un atelier sur les hauteurs du Gansu, à 3200 m d’altitude, pour y filer le khullu récolté sur tout le haut plateau. Le yak était la seule richesse des Tibétains, il va devenir leur motif de fierté. Cela donne des tricots splendides, des mélanges avec de la soie et prochainement un feutre ultrachaud dans lequel les créateurs de Paris tailleront des manteaux.
Extraits de « Styles » du 10 avril 2013

17 avril, 2013

L’incroyable réussite d’une start-up née en 2006

Classé dans : INDUSTRIES DE LA MODE — jehan92 @ 16:08

Los Angeles-Si quelqu’un avait vraiment peu de chances de devenir entrepreneur, c’est bien Sophia Amoruso. En 2006, Mlle Amoruso (22 ans) avait abandonné ses études. Elle a commencé à développer un projet, Nasty Gal, une page eBay sur laquelle elle vendait des vêtements vintage pour femme. L’année dernière, Nasty Gal a vendu pour près de 100 millions de $ de vêtements et accessoires.
Au cours des 7 dernières années, Mlle Amoruso s’est efforcée de séduire les jeunes femmes. Nasty Gal compte plus d’un demi-million d’abonnées sur Facebook et plus de 600 000 sur Instagram.
Mlle Amoruso s’est aussi sentie à l’étroit sur eBay et a lancé ShopNastyGal.com. Nasty Gal ne dispose pas d’équipe marketing, mais ses fans commentent chaque message publié sur Facebook, Instagram, Twitter, Tumblr et Pinterest.
En mars 2012, Mlle Amoruso a confié à un investisseur en capital-risque une part de son capital à hauteur de 9 millions de $. Toutefois, en août, les affaires marchaient tellement bien qu’elle a levé 40 millions de $ supplémentaires et utilisé une partie de cette somme pour faire construire un centre de traitement des commandes de 46 000 m2 dans le Kentucky. Le site Nasty Gal reçoit plus de 6 millions de visites par mois.
La devise de Nasty Gal est « Nasty Gals do it better » (« les pestes sont les meilleures »). Mais sa devise personnelle serait plutôt: « Seuls survivent les paranoïaques »
extraits du Monde d’Avril 2013

16 avril, 2013

Antik Batik pérenne grâce à son savoir-faire

Classé dans : INDUSTRIES DE LA MODE — jehan92 @ 11:07

« Il faut des projets en temps de crise » assure Gabriella Cortese- Rioufol, PDG de la marque de PAP Antik Batik qu’elle a fondée il y a 22 ans.
« Antik Batik est une marque qui est un art de vivre, ce n’est pas que du vêtement, c’est aussi des voilages, des coussins, des tapisseries ».
L’entreprise emploie aujourd’hui 40 salariés et réalise un CA de 15 millions d’€.
« Il est très important de rester attaché à son identité, à son ADN. Antik Batik est une marque qui a une identité très forte, qui a été éthique sans le savoir. »
L’origine du nom Batik vient d’impressions réalisées à la main, et en l’occurence chaque vêtement de l’enseigne est unique et tout est produit par des artisans du monde entier.
Le segment de clientèle visé est celui des femmes CSP +, bobos chics.
La marque réalise 70% de son CA à l’export, notamment aux Etat-Unis, dans le nord de l’Europe, au Japon, en Austalie.
Pour réaliser ces collections toujours très colorées, la dirigeante note tout ce qui l’inspire sur ses cahiers de tendance. « Ce peut être une peinture , une poésie, un bout de tissu, quelque chose sorti d’une vieille malle, une branche d’arbre, une fleur, quand je créé, les couleurs prennent une importance incroyable. »

Oser découvrir les nouveaux chemins

Classé dans : Revue de presse — jehan92 @ 10:42

La France est en panne d’idées, d’espoir et d’optimisme. L’Hexagone demeure encalminé, prisonnier de certitudes désuètes car les Français sont incapables d’imaginer le lendemain.
« Toutes nos crises- les guerres d’hier comme les crises financières d’aujourd’hui- découlent de mécanismes de mieux en mieux compris, mais qui se heurtent à l’aveuglement de ceux qui pensent en termes de lois ou de tendances auxquelles doivent se soumettre les faits. »
« Anticiper, ce n’est pas prévoir; c’est surtout accepter de sortir des schémas mentaux prédigérés, des réflexes de toujours, pour privilégier l’esprit d’ouverture et la capacité d’adaptation ».
La capacité à lire le monde dépend également de l’état de la société. Le débat autour du gaz de schiste est symptomatique. Il s’est transformé en procès du risque.  » Le scientifique est le bouc émissaire rêvé dans un monde de soupçon généralisé où l’opinion l’emporte de plus en plus sur le fait ».Cette attitude est d’autant plus angoissante qu’elle conduit à un immobilisme porteur de dangers. Il serait plus sain de changer le monde en acceptant l’incertitude.
Le Figaro (Extraits) du 15 avril 2013

15 avril, 2013

Le suisse Calida a fait de la résistance en 2012

Classé dans : Revue de presse lingerie — jehan92 @ 15:39

Le groupe de lingerie a réussi à maintenir son activité, grâce essentiellement aux bonnes performances de sa marque Aubade.
Le groupe Calida a réalisé l’année dernière un CA consolidé de 164,4 millions d’€. A taux de change constants, le CA 2012 est donc identique à celui de 2011. C’est grâce au dynamisme de sa marque Aubade, qui a réalisé des ventes en hausse de 8,2%, à 53,6 millions d’€, que le groupe a pu maintenir son activité.
Au registre des projets, le groupe entend désormais axer le développement d’Aubade sur les marchés internationaux, comme la Chine et le Moyen-Orient, où il prévoit d’ouvrir des boutiques à l’enseigne.
Journal du Textile du 26 mars 2013

L’accessoire illumine la sobriété de l’hiver 2013-14

Classé dans : INDUSTRIES DE LA MODE — jehan92 @ 15:28

Pour pimenter un PAP graphique et épuré, les créateurs ont proposé pour l’hiver prochain des accessoires particulièrement riches et créatifs.
La mode n’est certes pas une science exacte, cependant il existe dans ce domaine une équation qui se vérifie presque toujours: mode sobre et simplifiée + matières richissimes = accessoires sophistiqués et très nombreux. La mode actuelle, graphique, épurée, essentielle, a plus que jamais besoin de son contrepoint favori pour être encore mieux mise en valeur. Un beau couple complémentaire. Qui se marche rarement sur les pieds, qui laisse la liberté et la folie à l’un quand l’autre se recentre sur ses bases.
Journal du Textile (extraits) du 2 avril 2013

12

mileyandbeauty |
le blog de lolostar |
Marine votre conseillère St... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SOWAY
| louanelaura
| un moment pour soi coiffure...